Extase Coagulée
bienvenue dans la secte de l'extase coagulée

Extase Coagulée

le fanzine des morts aux yeux vivants
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rêveries Verdâtres

Aller en bas 
AuteurMessage
Smog

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/10/2011
Localisation : Vladivosmachin

MessageSujet: Rêveries Verdâtres   Jeu 3 Nov - 23:17

Il est vert le ciel vers lequel je tends
Vert comme les dépots de l'automne
Il est vert le ciel vers lequel je tends

Y dansent les anges et les enfants sans bras
Tous les blessés de la terre y rient
Y s'aiment avec la tendresse d'une femme et la virilité d'un dieu

De douces mélopées pleuvent de l'impact de deux nuages
Dans ce ciel y foudroient des larmes de lait, des grêles de sang
Et je sens atterrir sur mes joues les caresses de mes défunts parents
Je sens des aiguilles de joie transpercer mes yeux mélancoliques
Je sens sur mes cheveux la bise mouillée de mes amours démembrés

Dans ce ciel vert,
J'entends l'enfant de Goethe s'effrayer du Roi des Aulnes
Mais j'arrive l'arracher des bras de ce père aveugle et sourd
Et tout contre mon corps l'épargne du trépas de la nuit
Dans ce ciel vert,
J'entends les respirations agoniques de ce dormeur du Val
Et avant que ses pupilles ne se glacent à tout jamais
J’apparais comme une éclaircie déchirant un voile d'ombre
Et de mes faibles phalanges referme ses deux trous rouges au côté droit

Mes rêves sont doux, ils sont une écharpe qui réchauffe les nuages enrhumés
Je veux bâtir un escalier d'hélium pour aider les paraplégiques
Je veux créer des lits qui vélivolent pour les cul-de-jattes
Et des trains féériques pour les gueules cassées
Et des auto-tamponneuses pour les enfants délaissés
Je veux bâtir une cathédrale pour accueillir les orphelins de la foi
Je veux créer des barcarolles pour ceux qui n'ont jamais goûté Venise
Et des gratte-ciels pour ceux qui rêvent de hauteur
Et des vinyles autobiographiques pour celui ou celle qui ne se connait pas

Il est vert le ciel vers lequel je tends
Vert comme les plaies du pâle automne
Il est vert le ciel vers lequel je tends

Là-haut, on y parle d'anarchie et d'olympiades grecques
On y parle de ce roi mort de n'avoir pu la paix apporter
De ce luthier qui répara mille coeurs en panne de mélodie
Et de ce lunetier qui redonna la vue à mille rétines fracturées
Mais aussi ce confiseur qui lança des feux d'artifices de berlingots

Je suis le prince des rêveries verdâtres
Et avant que je ne meurs
Je veux avoir le temps d'inventer la neige tropicale
Lancer des décharges de pluie tiède sur trois déserts incandescents
Faire jaillir des larmes de plainte sur les joues peintes de la Joconde
Je veux pouvoir rencontrer Nadja et l'aimer convulsivement
Et aussi je veux avoir le temps de lancer la Tour Eiffel dans l'espace
Je veux avoir le temps, le temps de ce ciel vert, je veux avoir le temps

Dans ce ciel vert,
J'entends Aragon chanter sa folie pour Elsa
J'entends Desnos rêver d'une beauté qui n'est pas réelle
J'entends Gautier dédier ses vers à l'Apollonie
Et Chénier lancer son bel astre de vénus
Dans ce ciel vert,
J'entends huit siècles de littérature et de monuments
J'entends les armes de Léo qui sont bleues comme la Terre
J'entends la mémoire et la mer
Et la beauté paralytique d'un hibou qui se prend pour un fou

Il est vert le ciel vers lequel je tends
Vert comme les douceurs humides de l'automne
Il est vert le ciel vers lequel je tends
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rêveries Verdâtres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les lignes vertes
» Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior
» [Kuperman, Nathalie] Nous étions des êtres vivants
» Vos Maîtres-Mots
» UN TRES GROS MENSONGE de Lauren Baratz-Logsted

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Extase Coagulée :: Atelier de Smog-
Sauter vers: